Loading
Ikebana

Dialogue avec les fleurs

L’Ikebana, qui vient de « ikeru » (生ける = arranger, donner vie) et « hana » (花 = fleur), est l’art de l’arrangement floral japonais. Son origine remonte à l’entrée du bouddhisme au Japon au VIIIème siècle. Il s’est développé au cours des siècles et différents styles ont émergé, dont les principaux sont le rikka (立花), le shôka (生花), le nageire (投げ入れ – jeter dedans ) et le moribana (盛花). Il est aujourd’hui considéré comme l’un des trois arts traditionnels japonais avec le kôdo et la cérémonie du thé.

Fille de professeur d’ikebana, Takako Kokatsu, Hitoko est baignée dans l’univers végétal de sa mère dès son enfance. C’est naturellement qu’elle aussi, se dirige vers cet art floral et obtient le certificat de professeur au Japon en 1975.

Lorsqu’elle vient s’installer en Belgique dans les années 80, elle enseigne cette discipline au MOA international de Bruxelles. Durant cette période, où le Japon attise de plus en plus d’intérêts, elle fait de nombreuses démonstrations pour des émissions de télévision, mais aussi dans des instituts tels que le Palais de Bozar. Interviewée également pour des magazines comme « Les femmes d’aujourd’hui », elle véhicula une facette la culture japonaise à travers son art floral.

Aujourd’hui, elle continue à donner ses cours à Bruxelles au Centre Senna et à son domicile, ainsi qu’à Paris au MOA, une fois par mois.

« Être à l’écoute au changement des saisons nous permet souvent d’apprécier chaque instant que la nature et ses fleurs nous offrent, et de dialoguer avec elles. »

Apprendre l’ikebana avec Hitoko

Théorie et bases d’ikebana

Elle y explique l’histoire de cet art, ses bases, les différentes styles, avec toujours en fil conducteur le rapport à la nature et à la vie, symbolisme inhérent chez les Japonais.

Une première partie de son cours consiste à pratiquer un des styles traditionnels de l’ikebana et en comprendre les règles, notamment la structure de l’arrangement axée sur 3 lignes : le ciel, la terre et la lune. Ici, le vase, les feuilles, les branches, les tiges auront autant d’importance que la fleur elle-même. Derrière ces règles strictes, ce sera dans le choix des matières, les combinaisons de couleurs, que s’exprimera l’intention de chaque composition.

 

Adaptation contemporaine

Hitoko, pratiquant l’ikebana depuis plus de 50 ans, a vu évoluer son rapport à cet art traditionnel. À travers son désir d’intégrer la nature dans la vie quotidienne de ses élèves, elle a incorporé depuis quelques années dans son cours, une deuxième partie moins traditionnelle. Ici, avec les techniques d’ikebana, nous composons des bouquets, des arrangement floraux, parfois avec des vases non traditionnels, sur des sujets plus occidentaux, comme les fêtes de Noël ou de Pâques.

 « Dans l’ikebana la théorie n’est pas tout. L’ikebana c’est surtout savoir observer les plantes et savoir les approcher. À leur contact une conversation intime se noue. L’ikebana enseigne ce langage et permet à chacun de devenir artiste avec une branche. » ( – Kizashi).